lieu commun

On appellera lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents

230207

Jacques Prévert - poésies supplémentaires

Des textes de Jacques Prévert, en attendant une courte présentation biographique. D'autres textes se trouvent dans les catégories pour la classe, répertoriées dans l'INDEX (en construction). Les dates ne sont là que pour le rangement (difficile).

Quartier libre

J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête
Alors
on ne salue plus
a demandé le commandant
Non
on ne salue plus
a répondu l'oiseau
Ah bon
excusez-moi je croyais qu'on saluait
a dit le commandant
Vous êtes tout excusé tout le monde peut se tromper
a dit l'oiseau.

Jacques Prévert ("Paroles")


Pater Noster

Notre Père qui êtes aux cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l'Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Éparpillées
Émerveillées elles- mêmes d'être de telles merveilles
Et qui n'osent se l'avouer
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer
Avec les épouvantables malheurs du monde
Qui sont légion
Avec leurs légionnaires
Avec leurs tortionnaires
Avec les maîtres de ce monde
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leur reîtres
Avec les saisons
Avec les années
Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Jacques Prévert ("Paroles")


Posté par de passage à 10:39 - JACQUES PRÉVERT (hors classe) - Permalien [#]

Le métier de Souris blanche

souris_blanche_blog

Photo empruntée à "Kids-4-Research" et manipulée au laboratoire Lieucommun

Le métier de Souris blanche

C’est la saison des dents de lait dans son quartier.
Souris blanche visite les maisons endormies.
Vite, vite,
elle saisit sous l’oreiller
les petites dents cachées.

Elle en fera un collier blanc, un joli collier brillant.

Vite vite,
à la gare maintenant.
Tous les jours, sauf le dimanche,
Souris blanche travaille dans un laboratoire, à Paris.

On la paye un caramel ou une pièce dorée.

Les bonbons, elle estime
que ça abîme les dents de lait,
elle préfère les manger.

- "Mais la jolie pièce qui brille,
tu la gardes bien pour nous ?

- Petit garçon, petite fille,
c’est pour nourrir ma famille,
mes cinquante petits choux !

- Et le dimanche, Souris blanche ?

- Je me repose, les enfants :
lundi, je reprends le collier.

Souris blanche, c’est un métier".

Antoine Bial

Posté par de passage à 07:12 - Antoine Bial - bestiaire très bête - Permalien [#]