lieu commun

On appellera lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents

020109

PAYS BASQUE - Langues régionales de France

Paysages d'Europe

Pays Basque 

- - - - - - - - - - - - - - - -

Jean-Baptiste Elissamburu (1828-1891), parfois orthographié Elissamburuk ou encore Elizanburu - source des textes : le portail de la poésie basque : http://www.basquepoetry.net et le site : http://www.gaztelua.com/

----- (version originale : Agur Herriari) -----

Salut à mon village ! (passages)

Ahaide delezius huntan bi berset gei tit khantatü,
Ene bizitze mulde gaitza münd'orori deklaratü:
Ihuri sos bat ebatsi gabe ez eskandalik txerkhatü,
Hamar urtheren galeretan nahi ükhen naie sarthü.
[...]
Adio erraiten dereñat, ene alhaba bakhotxa:
Etxen edük-ezan üsatü diñan kundüta,
Küñat küñater eman beria, haurrer Jinkuen kreinta,
Senharraren hun izan eta zaharrak errespeta.

Etxahun, nausi famatia, galdü dük libertatia;
Eta orai dük trixtezia, hareki ezin-bestia,
Hire ixter-begiek aisa goihera die erria:
Amuinan behar dük ebili, edo hartü pelegri bidia.

Izan nüzü Jondane Jaka'n, Erruma'n eta Loreta'n,
Bethi, jente hunen medioz, biz'izan niz ene bidajitan.
Orai ere abiatzen beniz leheneko ber gisatan,
Jinko Jauna, lagünt nezazü ene behar-ordietan.

[...]

Jean-Baptiste Elissamburu, 1862

----- (traduction de Peio Heguy) -----

Salut à mon village ! (passages)

Je vois au loin, je vois la montagne
Derrière laquelle se trouve mon village...
J'entends déjà, quel immense bonheur,
Le doux soupir de la cloche bien aimée !
[...]
En t'écartant de la route, par le flanc de la montagne
Tel un ruban qui glisse le long de la côte,
Tu descends, sentier, tout droit vers la vallée
Mène-moi, sans détour, auprès des miens.

Chêne du bord du chemin, que de fois dans mon enfance,
Le dimanche en revenant de la messe à la maison,
Oui ! Que de fois me suis-je assis, auprès de ma mère,
À l'ombre de tes longues branches !

Et toi, aubépine du fond du jardin,
Tu gardes toujours le lieu de mon enfance,
Pourquoi, comme toi, branche pure,
Ne puis-je passer ma vie là où je suis né ?

[...]

Jean-Baptiste Elissamburu, 1862

------------------------------------------------

La maison, ou le bonheur du paysan  (début)

Voyez-vous le matin
     Lorsque pointe la lumière
     Au sommet d'une colline
     Une maisonnette à façade blanche
     Au milieu de quatre grands chênes ?
     Une petite fontaine à côté,
     Un chien blanc devant la porte,
     C'est là que je vis en paix.

[...]

Jean-Baptiste Elissamburu (cité dans l'ouvrage "Les Basques", de Philippe Veyrin, Arthaud 1975)

----- (texte original en basque) -----

Etxea edo ... laborariaren zoriona

Ikhusten duzu goizean
Argia asten denean
Menditto baten gainean
Etche ttikitto aintzin churi bat
Lau haitz handiren artean ?
Ithurritto bat aldean,
Chakhur churi bat athean,
Han bizi naiz ni bakean.

[...]

Jean-Baptiste Elissamburu



Posté par de passage à 22:45 - PRINT POÈTES 11 : PAYSAGES - traductions - Permalien [#]