lieu commun

On appellera lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents

020109

ALSACE - Langues régionales de France

Paysages d'Europe

Alsace

- - - - - - - - - - - - - - - -

Claude Vigée  , poète alsacien, est né en 1921 à Bischwiller, dans cette région du Bas-Rhin, le fleuve et la campagne, qu'il met en poèmes.

'Sôweliècht - La lumière du soir

Em hoochsummer wie zellmolschd,
wenn's gärdel gànz schtéll word
àm schbeede noochmédàà,
bléiht's ôweliècht àm himmel
zwésche de bàbbelbaimbledder àm zün
éwerem roschdiche schdàcheldroht,
wie reifi pferschi ém laub
under schdiffe räwe-schdècke
àm düschdere rànd vum schdumme Schàrràchberri.

----- (traduction) -----

Chez nous, comme autrefois, au faîte de l'été
quand le jardin désert
tard dans l'après-midi retrouve son silence,
la lumière du soir fleurit entre les trembles
au-dessus de la grille aux barbelés rouillés :
clarté pareille aux pêches mûres
suspendues dans les hautes branches
parmi les échalas, au milieu du vignoble,
sur les pentes soudain obscures
des crêtes du Scharrach en flammes.

Claude Vigée ("Dans le creuset du vent", Parole et silence, 2003)

----------------------------------------

A Birik em Dannewald (extrait)

Do schémmert e Bérik ellein
Vergesse ém Dezemberschlummer
Zwésche Moos un Schtain
Em düschtere Dànnewàld.
Drooschdloos rüschle d'Äschd im Raje,
Dr Wénd brüst schwàrz un kàld
Suri' s' offene Dànnenoodel-Hüss,
Uhni éwer d'Doorschwäll nüss
E wénzis Bläddel furt ze faje.
Hàart ésch's fer dich, dü dénner Friehjohrsbaam,
De Himmel wie e Sàck gschblédderts Iss
Schièf uff de Achsle ze draawe ;
Bim Nèwwel do ze schtehn d'Naacht-lang ém Kummer
Ass wärsch nu a grüssischer Gschbènschderdraam,
Fur z'morjes ém Scneewàsser un ém Schlämm

[...]

----- (traduction) -----
 
Bouleau dans la sapinière

Un seul bouleau scintille entre mousse et pierraille
Dans la sapinière obscure
Abandonnée au sommeil de décembre.
Ses branches sous la pluie ruissellent sans espoir,
Le vent ne balaie plus la moindre feuille morte
En grondant sur le seuil de la maison d'aiguilles.
Maigre arbre du printemps, tu connais l'agonie
De porter le ciel sur l'épaule
De guingois, comme un sac plein d'épines de glace,
D'affronter les nuits de détresse
Figé dans le brouillard tel un rêve spectral,
Pour t'écrouler au petit jour
Dans l'eau de neige et dans la boue !
Mais avant, tu te plais à redire l'étrange
Blanc silence premier de la terre d'hiver,

[...]

Claude Vigée ("Le Grenier magique", avec des photographies d'Alfred Dott - Graph-Editions, Bischwiller, 1998)



Posté par de passage à 22:30 - PRINT POÈTES 11 : PAYSAGES - traductions - Permalien [#]