lieu commun

On appellera lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents

121109

PP 2013 VOIX - traductions - auteurs en italien

PRINT POÈTES 2013 : LES VOIX DU POÈME TRADUCTIONS

AUTEURS de langue italienne

- Italie -

- Pier Paolo Pasolini -

Pier Paolo Pasolini (1922-1975), plus connu comme réalisateur de cinéma que comme écrivain, est un des plus importants poètes italiens. Sa vie amoureuse passionnée et tourmentée s'achève tragiquement, il est mort assassiné.


Où sont les armes ? Les jours passés
Ne reviendront plus, je le sais, le rouge avril
De la jeunesse est révolu pour toujours.
Seul un rêve, un rêve de joie peut ouvrir
Une saison de douleur armée.

Victoire (Poésie en forme de rose, 1964)
 
Alla bandiera rossa (Au drapeau rouge)
 
Per chi conosce solo il tuo colore,
bandiera rossa,
tu devi realmente esistere, perché lui
esista:
chi era coperto di croste è coperto di
piaghe,
il bracciante diventa mendicante,
il napoletano calabrese, il calabrese
africano,
l'analfabeta una bufala o un cane.
Chi conosceva appena il tuo colore,
bandiera rossa,
sta per non conoscerti più, neanche coi
sensi:
tu che già vanti tante glorie borghesi e
operaie,
ridiventa straccio, e il più povero ti
sventoli.

Pasolini ("Nuovi epigrammi", 1958)

 Supplica a mia madre
 
E' difficile dire con parole di figlio
ciò a cui nel cuore ben poco assomiglio.
 
Tu sei la sola al mondo che sa, del mio cuore,
ciò che è stato sempre, prima d'ogni altro amore.
 
Per questo devo dirti ciò ch'è orrendo conoscere:
è dentro la tua grazia che nasce la mia angoscia.
 
Sei insostituibile. Per questo è dannata
alla solitudine la vita che mi hai data.
 
E non voglio esser solo. Ho un'infinita fame
d'amore, dell'amore di corpi senza anima.
 
Perché l'anima è in te, sei tu, ma tu
sei mia madre e il tuo amore è la mia schiavitù:
 
ho passato l'infanzia schiavo di questo senso
alto, irrimediabile, di un impegno immenso.
 
Era l'unico modo per sentire la vita,
l'unica tinta, l'unica forma: ora è finita.
 
Sopravviviamo: ed è la confusione
di una vita rinata fuori dalla ragione.
 
Ti supplico, ah, ti supplico: non voler morire.
Sono qui, solo, con te, in un futuro aprile …

Pasolini ("Poesie incivile", 1960 dans "La religione del mio tempo")

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Supplique à ma mère

Il m'est difficile de dire avec les mots d'un fils
que du fond de mon coeur je ressemble bien peu à ça.

De mon propre coeur, tu es la seule au monde qui sache,
ce qui toujours, avant chaque autre amour, a été en lui.

Aussi pour cela dois-je te dire ce qu'il est horrible de connaître :
c'est au dedans de ta grâce même que naît mon angoisse.

Tu es irremplaçable. Pour cela la vie que tu m'as donnée
est vouée à la solitude.

Et je ne veux pas être seul. J'ai une faim infinie
d'amour, de cet amour des corps sans âme.

Parce que l'âme est en toi, toi tu es, mais toi
tu es ma mère et ton amour est ma servitude :

l'enfance je l'ai passée esclave de ce haut sens,
irrémédiable, d'un engagement immense.

C'était l'unique manière pour sentir la vie,
l'unique couleur, l'unique forme : maintenant c'est fini.

Nous survivons : et c'est la confusion
d'une vie ressuscitée hors de la raison.

Je t'en supplie, ah, je te supplie de ne pas vouloir mourir.
Je suis ici, seul, avec toi, en un futur avril ...

 

Pier Paolo Pasolini
- - - - - - - - - - - - - - -


 - Gianni Rodari -

Gianni Rodari (1920-1980), était journaliste, poète, et auteur de contes pour enfants.

Les traductions de l'italien au français sont adaptées par le blog, de manière à préserver le sens, et quand c'est possible les tournures des vers.

Rivoluzione

Ho visto una formica,
in un giorno freddo e triste,
donare alla cicala
metà delle sue provviste.

Tutto cambia: le nuvole,
le favole, le persone ...
la formica si fa generosa...
è una rivoluzione!

Gianni Rodari

J'ai vu une fourmi
par un jour froid et triste
donner à la cigale
la moitié de ses provisions

Tout change : les nuages
les fables, les personnes ...
la fourmi devient généreuse ...
c'est une révolution !

Gianni Rodari.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Chi mi fa ridere ?

Datemi una zanzara in bicicletta,
un dromedario con in testa una bombetta,
un canguro che suona una cornetta,
un coniglio che mangia la sua erbetta
con coltello e forchetta,
un ragno con gli occhiali a stanghetta,
una lumaca che fuma la sigaretta”.
- - - - - - - - -
Qu'est-ce qui me fait rire ?

Donnez-moi un moustique à bicyclette,
Un dromadaire avec un gibus sur la tête,
Un kangourou qui joue de la trompette,
Un lapin qui mange son herbette
Avec couteau et fourchette,
Une araignée qui porte des lunettes,
Un escargot fumant la cigarette.

Gianni Rodari ("La tête pour penser")

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Stelle senza nome

I nomi delle stelle sono belli:
Sirio, Andromeda, l’Orsa, i due Gemelli.
Chi mai potrebbe dirli tutti in fila ?
Son più di cento volte centomila.
E in fondo al cielo, non so dove e come,
c’è un milione di stelle senza nom :
stelle comuni, nessuno le cura,
ma grazie a loro la notte è meno scura.
- - - - - - - - -

Étoiles sans nom

Les noms des étoiles sont très beaux :
Sirius, Andromède, La Grande Ourse, Les Gémeaux.
Qui pourra jamais en dire toute la liste ?
Il y en a plus de cent fois cent mille.
Et au fond du ciel, dans d'autres constellations,
Il y a un million d'étoiles sans nom :
nul ne se soucie des simples étoiles,
pourtant elles nous font la nuit moins obscure.

Giani Rodari

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

La testa del chiodo

La palma della mano
i datteri non fa,
sulla pianta del piede
chi si arrampicherà ?

Non porta scarpe il tavolo,
su quattro piedi sta :
il treno non scodinzola
ma la coda ce l'ha


Anche il chiodo ha una testa,
però non ci ragiona:
la stessa cosa capita
a più d'una persona.

Gianni Rodari
- - - - - - - - -

La tête du clou

La pomme d’Adam
n'est pas le fruit du pommier,
la plante des pieds
n’a pas besoin d’être arrosée.

La table n’a pas de souliers
mais elle repose sur quatre pieds ;
le train ne remue pas la queue
et pourtant il en a une.

Le clou aussi a une tête,
mais il ne raisonne pas
c'est souvent le cas
de plus d'une personne.

Gianni Rodari


Posté par de passage à 22:45 - PRINT POÈTES 2013 : LES VOIX DU POÈME TRADUCTIONS - Permalien [#]