lieu commun

On appellera lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents

041007

T'es trop, poésie pour le 4 octobre - éloge de l'autre

Photo Lieucommun - avril 2007 : L'un reste dans l'ombrebouquet_d_arbres_ombre_corr_blog
 
c
ontribution à l'éloge de l'Autre 

T'es trop

Y en a qui... y en a que...
y en a qu’on...
y en a... quoi !

des faut que... des faut qu’on...
des faux culs,
des faux... quoi !

des qui sont défaits quand  il faut,
des qui  font défaut quand on croit,
des qui ne font que des tracas,
des qui critiquent à tout propos.

Y en a qui... y en a que...
y en a qu’on...
y en a... quoi !

des faut que... des faut qu’on...
des faux culs,
des faux... quoi !

des qui détraquent et pas qu’un peu,
des qui trafiquent tous les mots,
qui traquent et truquent les écrits,
et nous on se rattrape à quoi ?

Y en a qui... y en a que...
y en a qu’on...
y en a... quoi !

mais toi... t’es trop.

Antoine Bial


Posté par de passage à 17:31 - Antoine Bial - Pouètpouèt - Permalien [#]

040807

Écran total - Antoine Bial

coquelicots_barbel_s_rec_blog
Coquelicots  sur le réel, exactement
Photo Lieucommun - Provence mai 2007 - clic > agrandir

Écran total

À peine moi le dos tourné
Vous disparaître
Et moi comment raison garder ?
Vous raison d’être.

Vous pas comprendre la question
Moi pas si bête
Trouvé en moi la solution
Vous dans la tête.

Vous avoir beau vous effacer
Me mettre en garde
Moi dans mes circuits imprimés
Vous sauvegarde.

Mémoire vive illimitée
Moi réinvente
Principe de réalité
Pour vous présente.

Dans mon cinéma permanent
Moi le poète
Sur le réel
exactement

Je vous projette.

Antoine Bial ("Pouètpouèt")

dessins_Pessin_juin_07

BD de Pessin dans "Le Monde 2"  - 30 juin 2007 - clic > agrandir


Posté par de passage à 07:59 - Antoine Bial - Pouètpouèt - Permalien [#]

040407

Contribution au "Printemps des Pouètpouèt"

dessin_Chaval_maison

Contribution à la Lettera amorosa façon Printemps des Pouetpouet, ce texte griffonné à quatre pattes, trouvé dans la rue par A B.
Il faut croire que la destinataire de cette lettre avait  d'autres chats à fêter.
Antoine Bial n'a pu s'empêcher d' y mettre un peu sa patte, lui aussi, avant de nous le confier.

Chaval illustre bien involontairement ce texte ("Le Livre d'Or de l'humour" - Le Cherche midi éditeur - 2003 - textes et dessins réunis par Jean Orizet).

Lettre pour une bipède

J'aimerais que ça vous épate,
en déchiffrant ce charabia,
d'y reconnaître un peu ma patte ;
c’est vrai que j’écris comme un chat …

J’étais tombé de la gouttière
fasciné par votre regard,
vous, la féline singulière,
moi, le petit chat de hasard.

J’aurais dû me rompre le cou,
mais vous m’avez ouvert les bras ;
c’est mon souvenir le plus doux,
notre histoire a commencé là.

Pour cet amour contre-nature,
La loi a fait une exception :
dans votre vie sans aventure,
j’ai pénétré par affection.

Le temps trop court de nous apprendre
à ronronner des mots d’amour ;
le temps trop long à vous attendre,
à la fenêtre … et puis, ce jour …

La musique de votre pas,
celle que je connais par cœur,
vous l’avez jouée ce jour-là
accompagnée par un voleur ;

Un chat trop grand sur ses deux pieds,
qui vous avait tapé dans l'œil
avec son langage châtié …
Il s'est assis dans mon fauteuil.

Contre l'amour y a rien à faire,
le coeur ignore la raison ;
j'ai repris ma vie de gouttière
sur le toit de votre maison …

Pour vous c'est de l'histoire ancienne,
Pour moi le temps ne passe pas :
depuis dix ans, je suis en peine,
dix ans, presque une vie de chat ...

J'en ai égratigné des pages,
usé mes griffes sur les toits,
c'est un cruel apprentissage
pour un vieux matou comme moi.

Au souvenir de vos caresses,
le vertige me prend parfois,
j'ai peur par pure maladresse,
de retomber entre vos bras.

Je prends ce risque, je m'avance,
au bord du toit, je vais laisser
glisser ma lettre, et si par chance
elle vous touche ...... répondez.

Dites-moi si ça vous épate,
en déchiffrant ce charabia,
d'y reconnaître un peu ma patte ;
j’écris encore comme un chat …

Antoine Bial ("Pouètpouèt")


Posté par de passage à 14:08 - Antoine Bial - Pouètpouèt - Permalien [#]

140207

T’étais où ? - A.Bial

chanson sans musique, le son ne se propage pas dans le vide et sans image  (le trou noir)

T’étais où ?

T’étais où
pendant
le big bang
t’étais où
t’étais où
bon sang

T’es jamais
jamais
dans le coup
à contre-temps
à contre-cœur
à contre-tout

T’es toujours
toujours
en retard
maintenant
t’es content
c’est trop tard

Ils ont fait
l’Univers
sans toi
sur la Terre
tu peux faire
une croix

T’es parti
à l’envers
du miroir
entre nous
t’as mis
un trou noir

T’étais où
pendant
le big bang
t’étais où
t’étais où
bon sang

Antoine Bial


Posté par de passage à 16:00 - Antoine Bial - Pouètpouèt - Permalien [#]

070207

Au "chat qui pète"

Reçu d'Antoine Bial, l'invité permanent du blog, ce texte, à ranger d'urgence dans la catégorie "Pouètpouèt".
Il faut l'avouer, on n'a pas tout compris.
L'introduction ne suffisant pas, il nous a promis une traduction, un lexique, mais on sait ce qu'il advient des promesses ...

---------------------------------

chat_qui_p_te_caf_

 (photo : lieucommun) 

Au chat qui pète

Dédié à mon portefeuille perdu, "un soir de demi-brume", entre le "chat qui pète" et le reste du monde.

De mes profondes, mon larfeuil s'est fait la malle,
Au chat qui pète, maintenant, je suis tricard,
Ce peigne-derche de bougnat m'a dit : "Quedale,
Aligne la ferraille ou lâche le comptoir".

Quand t'as paumé ton morniflard, c'est la gamberge
Qui te rend dingue, tu t'en vas du ciboulot,
T'es à deux doigts de sacrifier ton casier vierge
Pour pouvoir encor' rincer la dalle aux poteaux.

Et c'est ainsi, vous le lirez dans les gazettes,
Que j'ai braqué le chat qui pète ce matin;
Mais le taulier, au lieu d'allonger la galette
M'a balancé une bouteille de rouquin.

Du Beaujolpif ! moi je déteste qu'on salope
La marchandise, alors j'ai sorti mon surin
Pour découper cet animal en escalopes,
Ils ont r'trouvé la viande froide sur le zinc.

Fini l'ardoise, les tracas, les mauvais comptes,
Mon babillard m'a dégoté une carrée,
Nourri, logé, pour pas un rond, tu te rends compte !
Le chat qui pète, j'en ai plus rien à péter.

A.B. ("Pouètpouèt")

---------------------------------

Posté par de passage à 20:41 - Antoine Bial - Pouètpouèt - Permalien [#]

050207

Le fou de la reine

vagues_rocher_blog

J'aime la rime sans raison,
C'est une drogue, un poison,
Non, je ne suis pas poète,
J' suis pouètpouèt

Mes vers ne savent pas nager
Dans les grands fonds ... pas de danger,
Là où j'ai pieds je fais trempette,
J' suis pouètpouèt

En ballade à cloche-pieds
Au royaume de papier,
Je fais tinter mes sornettes,
J' suis pouètpouèt

Touche à tout, mais touche à rien,
C'est vrai que ça sonne bien ...
Je mérite l'étiquette,
J' suis pouètpouèt

Muse, reine des sujets,
Vous êtes le seul objet
De mes petites bluettes,
J' suis pouètpouèt

Le fou du roi est un fou,
Qui passe à côté de vous,
Sans même tourner la tête,
Pas pouètpouèt *

Le fou du roi, je m'en fous
Puisque je suis fou de vous,
Je le chante à tue-tête,
J' suis pouètpouèt

On me conduit au gibet
Pour me faire exécuter
Ma dernière pirouette,
J' suis pouètpouèt

Vous allez être déçue,
Je ne serai pas pendu :
J'ai déjà perdu la tête,
J' suis pouètpouèt

Quand vous vous serez lassée
De mes propos insensés,
Jetez-moi aux oubliettes,
J' suis pouètpouèt

J'aime la rime sans raison
C'est une drogue, un poison,
J'en ai pris jusqu'à perpette
J' suis pouètpouèt

A.B. ("Pouètpouèt")

* Je vous ai bien eu, fallait faire attention !

_corce_blog

Posté par de passage à 12:53 - Antoine Bial - Pouètpouèt - Permalien [#]