lieu commun

On appellera lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents

011007

L'automne d'Anna de Noailles

Noailles_Cocteau2Anna de Noailles (1876-1933), appelée  à juste titre :-) Comtesse de Noailles, est une écrivaine et une poétesse, au féminin total, romantique et passionnée.

... "Je me suis appuyée à la beauté du Monde
Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains" ...

[extrait du poème L'offrande à la Nature, recueil "Le Cœur innombrable"].

Les deux textes suivants se trouvent dans Le Cœur innombrable, son premier recueil, publié en 1901.
(ci-contre, dessin de Jean Cocteau dans "La Comtesse de Noailles, oui et non"-1963)

Automne

Voici venu le froid radieux de septembre :
Le vent voudrait entrer et jouer dans les chambres ;
Mais la maison a l'air sévère, ce matin.
Et le laisse dehors qui sanglote au jardin,

Comme toutes les voix de l'été se sont tues !
Pourquoi ne met-on pas de mantes aux statues !
Tout est transi, tout tremble et tout a peur ; je crois
Que la bise grelotte et que l'eau même a froid.

Les feuilles dans le vent courent comme des folles ;
Elle voudraient aller où les oiseaux s'envolent,
Mais le vent les reprend et barre leur chemin :
Elles iront mourir sur les étangs, demain.

Le silence est léger et calme ; par minute,
Le vent passe au travers comme un joueur de flûte,
Et puis tout redevient encor silencieux,
Et l'Amour, qui jouait sous la bonté des cieux,

S'en revient pour chauffer, devant le feu qui flambe,
Ses mains pleines de froid et frileuses jambes,
Et le vieille maison qu'il va transfigurer,
Tressaille et s'attendrit de le sentir entrer.

Anna de Noailles ("Le Cœur innombrable")


Les saisons et l'amour

Le gazon soleilleux est plein
De campanules violettes,
Le jour las et brûlé halette
Et pend aux ailes des moulins.

La nature, comme une abeille,
Est lourde de miel et d'odeur,
Le vent se berce dans les fleurs
Et tout l'été luisant sommeille.

Ô gaieté claire du matin
Où l'âme, simple dans sa course,
Est dansante comme une source
Qu'ombragent des brins de plantain !

De lumineuses araignées
Glissent au long d'un fil vermeil,
Le coeur dévide du soleil
Dans la chaleur d'ombre baignée.

Ivresse des midis profonds,
Coteaux roux où grimpent des chèvres,
Vertige d'appuyer les lèvres
Au vent qui vient de l'horizon ;

Chaumières debout dans l'espace
Au milieu des seigles ployés,
Ayant des plants de groseilliers
Devant la porte large et basse ...

Soirs lourds où l'air est assoupi,
Où la moisson pleine est penchante,
Où l'âme, chaude et désirante,
Est lasse comme les épis.

Plaisir des aubes de l'automne,
Où, bondissant d'élans naïfs,
Le coeur est comme un buisson vif
Dont toutes les feuilles frissonnent !

Nuits molles de désirs humains,
Corps qui pliez comme des saules,
Mains qui s'attachent aux épaules,
Yeux qui pleurent au creux des mains.

Ô rêves des saisons heureuses,
Temps où la lune et le soleil
Écument en rayons vermeils
Au bord des âmes amoureuses ...

Anna de Noailles ("Le Cœur innombrable")


Posté par de passage à 12:00 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne de Géo Norge

Géo Norge est déjà présent sur le blog avec ce texte (poésies Cycles 2 et 3). En voici le texte intégral, dont on ne retient souvent pour la classe que les deux premières strophes.

Petite pomme

La petite pomme s'ennuie
De n'être pas encore cueillie.
Les autres pommes sont parties,
Petite pomme est sans amie.

Comme il fait froid dans cet automne !
Les jours sont courts ! Il va pleuvoir.
Comme on a peur au verger noir
Quand on est seule et qu'on est pomme.

Je n'en puis plus viens me cueillir,
Tu viens me cueillir Isabelle ?
Comme c'est triste de vieillir
Quand on est pomme et qu'on est belle.

Prends-moi doucement dans ta main,
Mais fais-moi vivre une journée,
Bien au chaud sur ta cheminée
Et tu me mangeras demain.

Géo Norge


Posté par de passage à 11:30 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne d'Albert Pestour

Albert Pestour

Novembre

Aux taillis où ronronne
Déjà le vent frileux,
Les colchiques d'automne
Ont ouvert leurs yeux bleus,

Ont vu de tristes choses,
Les colchiques ont vu,
Dès l'heure où tout explose,
La mort rauque à l'affût,

Ont vu le long des sentes,
Ont vu passer la peur
Rampante ou bondissante
Dans la lumière en fleur,

Le duvet de la caille
Qui neige dans les airs
Et le sang qui se caille
Sur le thym encor vert,

Dans la forêt où tonne
La Mort volée aux dieux,
Les colchiques d'automne
Ont refermé leurs yeux.

Albert Pestour ("Petit calendrier poétique")


Posté par de passage à 11:10 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne d'Henri Philibert

Poète, écrivain, rédacteur de la revue "La Classe", Henri Philibert est l'auteur de ce texte sur l'automne.

Automne

L’été se fait tirer l’oreille
Dans l’antichambre de septembre,
Et la forêt déjà s’honore,
D’un long tapis de haute feuille,
Frangé de pourpre
Et tissé d’or,
Pour pas feutrés en corridor.

Henri Philibert


Posté par de passage à 11:00 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne de Jacques Prévert

Un texte de Jacques Prévert sur l'automne (On retrouvera Prévert ailleurs sur ce blog).

Chanson des escargots qui vont à l'enterrement

À l'enterrement d'une feuille morte
Deux escargots s'en vont
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes
Ils s'en vont dans le soir
Un très beau soir d'automne
Hélas quand ils arrivent
C'est déjà le printemps
Les feuilles qui étaient mortes
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots
Sont très désappointés
Mais voilà le soleil
Le soleil qui leur dit
Prenez prenez la peine
La peine de vous asseoir
Prenez un verre de bière
Si le coeur vous en dit
Prenez si ça vous plaît
L'autocar pour Paris
Il partira ce soir
Vous verrez du pays
Mais ne prenez pas le deuil
C'est moi qui vous le dit
Ça noircit le blanc de l'oeil
Et puis ça enlaidit
Les histoires de cercueils
C'est triste et pas joli
Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie
Alors toutes les bêtes
Les arbres et les plantes
Se mettent à chanter
À chanter à tue-tête
La vraie chanson vivante
La chanson de l'été
Et tout le monde de boire
Tout le monde de trinquer
C'est un très joli soir
Un joli soir d'été
Et les deux escargots
S'en retournent chez eux
Ils s'en vont très émus
Ils s'en vont très heureux
Comme ils ont beaucoup bu
Ils titubent un petit peu
Mais là-haut dans le ciel
La Lune veille sur eux.

Jacques Prévert ("Paroles") - Respecter la ponctuation originale de ce texte, il n'y a que le point final.


Posté par de passage à 10:30 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne d'Henri de Régnier

Voici un poème d'Henri de Régnier (1864-1936) rempli de la tristesse mélancolique de l'automne finissant.

Soir d'automne

Il est doux, ô mes yeux, lorsque le vent d'automne
Cesse de s'acharner à l'arbre dont frissonne
Le spectre dépouillé qui craque et tremble encor,
De voir, dans l'air muet, où son vol se balance,
Tomber en tournoyant à travers le silence,
Une dernière feuille d'or.

Quand au jour éclatant qui se voile succède
Le crépuscule lent, humide, mol et tiède,
Qui fait perler la mousse au dos des bancs velus,
Il est doux, au jardin mystérieux, d'entendre
Résonner dans le soir le rire obscur et tendre
Des visages qu'on ne voit plus.

Henri de Régnier ("Le Miroir des heures" - Mercure de France, 1910)


Posté par de passage à 10:15 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne de Raymond Richard

Deux jolies poésies de Raymond Richard, auteur contemporain :

Le bel automne est revenu

A pas menus, menus,
Le bel automne est revenu
Dans le brouillard, sans qu'on s'en doute,
Il est venu par la grand'route
Habillé d'or et de carmin.
Et tout le long de son chemin,
Le vent bondit, les pommes roulent,
Il pleut des noix, les feuilles croulent.
Ne l'avez-vous pas reconnu ?
Le bel automne est revenu.

Raymond Richard ("À petits pas")


Trois feuilles mortes

Ce matin devant ma porte,
J'ai trouvé trois feuilles mortes.

La première aux tons de sang
M'a dit bonjour en passant
Puis au vent s'en est allée.

La seconde dans l'allée,
Au creux d'une flaque d'eau
A sombré comme un bateau.

J'ai conservé dans ma chambre
La troisième couleur d'ambre.

Quand l'hiver sera venu,
Quand les arbres seront nus,
Cette feuille desséchée,
Contre le mur accrochée
Me parlera des beaux jours
Dont j'attends le gai retour.

Raymond Richard ("À petits pas" - Editions du Cep Beaujolais)


Posté par de passage à 10:00 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne de Claude Roy

Claude Roy (1915-1997) est déjà présent sur le blog (voir poésies Cycle 2 et 3). C'était un journaliste engagé, un romancier et un poète :

... Le poète n'est pas celui qui dit Je n'y suis pour personne
Le poète dit J'y suis pour tout le monde ...

Extrait du poème "Jamais je ne pourrai" ("Les Circonstances" Ed Gallimard - 1970)

Météorologie

L'oiseau vêtu de noir et vert
m'a apporté un papier vert
qui prévoit le temps qu'il va faire.
Le printemps a de belles manières.
L'oiseau vêtu de noir et de blond
m'a apporté un papier blond
qui fait bourdonner les frelons.
L'été sera brûlant et long.
L'oiseau vêtu de noir et et jaune
m'a apporté un papier jaune
qui sent la forêt en automne.
L'oiseau vêtu de noir et blanc
m'a apporté un flocon blanc.

L'oiseau du temps que m'apportera-t-il ?

Claude Roy


Posté par de passage à 09:30 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne d'Albert Samain

Ce texte du grand poète symboliste Albert Samain (1858-1900),  est en général, pour la classe, privé de sa dernière strophe.

Mélancolie

Le vent tourbillonnant, qui rabat les volets,
Là-bas tord la forêt comme une chevelure.
Des troncs entrechoqués monte un puissant murmure,
Pareil au bruit des mers, rouleuses de galets.

L'automne qui descend des collines voilées
Fait, sous ses pas profonds, tressaillir notre cœur
Et voici que s'afflige avec plus de ferveur
Le tendre désespoir des roses envolées.

Le vol des guêpes d'or qui vibrait sans repos
S'est tu : le pêne grince à la grille rouillée ;
La tonnelle grelotte et la terre est mouillée,
Et le linge blanc claque, éperdu, dans l'enclos.

Le jardin nu sourit comme une face aimée
Qui vous dit longuement adieu, quand la mort vient ;
Seul le son d'une enclume ou l'aboiement d'un chien
Monte, mélancolique, à la vitre fermée.

Albert Samain ("Le Chariot d'Or" - Mercure de France, 1900)

Posté par de passage à 09:15 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]

L'automne de Samivel

Samivel (1907-1992) est difficile à étiqueter : écrivain, poète, humoriste et illustrateur, explorateur, cinéaste ... son talent est reconnu dans toutes ces activités. Il s'appelait pour l'état civil Paul Gayet-Tancrède. Son nom d'auteur est emprunté à Charles Dickens (Samivel est Sam Weller dans "Les Aventures de Mr Pickwick").

Voici une poésie pour les petites classes.

Quand automne en saison revient ...   

Quand automne en saison revient,
La forêt met sa robe rousse
Et les glands tombent sur la mousse
Où dansent les petits lapins.
Les souris font de grands festins
Pendant que les champignons poussent.
Ah ! que la vie est douce, douce,
Quand l'automne en saison revient.

Samivel


Posté par de passage à 09:00 - UNE SAISON en POÉSIE - automne - Permalien [#]