lieu commun

On appellera lieu commun l'espace où se rencontrent nos rêves perdus et nos petits bonheurs présents

250307

Paul Éluard - Derniers poèmes d'amour (2) - Le temps déborde

Eluard_texte_manuscrit
"28 novembre 1946 ... le temps déborde". C'est la disparition brutale de Nusch.
Paul Éluard publie le recueil Le temps déborde l'année suivante.

Il le dédie "À J. et A. derniers reflets de mes amours, qui ont tout fait pour dissiper la nuit qui m'envahit".
Ces deux phrases manuscrites corrigées y prennent place, sans titre :


Vingt-huit novembre mil neuf cent quarante-six

Nous ne vieillirons pas ensemble.
Voici le jour

En trop : le temps déborde.

Mon amour si léger prend le poids d’un supplice.

Paul Éluard ("
Le temps déborde")


Un autre texte dont on trouvera ici une analyse complète.

Notre vie

Notre vie tu l'as faite elle est ensevelie
Aurore d'une ville un beau matin de mai
Sur laquelle la terre a refermé son poing
Aurore en moi dix-sept années toujours plus claires
Et la mort entre en moi comme dans un moulin

Notre vie disais-tu si contente de vivre
Et de donner la vie à ce que nous aimions
Mais la mort a rompu l'équilibre du temps
La mort qui vient la mort qui va la mort vécue
La mort visible boit et mange à mes dépens

Morte visible Nusch invisible et plus dure
Que la faim et la soif à mon corps épuisé
Masque de neige sur la terre et sous la terre
Source des larmes dans la nuit masque d'aveugle
Mon passé se dissout je fais place au silence

Paul Éluard ("Le temps déborde") pas de ponctuation dans ce texte


Posté par de passage à 07:09 - Des POÈTES et de la POÉSIE - Permalien [#]